Chrétien, il était une Foi

Ressenti sur la Chrétienté et son Église pour en discuter
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un rappel de l'Histoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 26/12/2016

MessageSujet: Un rappel de l'Histoire...   Mer 28 Déc - 16:04

Un peu de recul

L’histoire de notre religion Chrétienne commence il y a des centaines d’années avec, non pas Adam et Eve – qui est une allégorie- mais avec l’histoire du "Peuple Choisi par Dieu" et dont le déroulement est consigné dans les livres qui constituent la Bible.

Oui, car ce sont des dizaines de livres et la Bible est une compil. La création de notre monde est schématisée sous forme d’un conte appelé la "Genèse" dont les livres nous racontent les 7 jours pendant lesquels Dieu a tout créé. Bien sûr, nos scientifiques ont recalé les choses dans le temps et la Genèse n’est qu’un raccourci.

Par contre, tout est exact quand à la chronologie relative des créations..... Lorsque l’homme apparaît, il apparaît avec la femme, ce qui semble une révélation Biblique : Personne ne se pose la question de savoir si les animaux créés juste avant étaient asexués ou mâles et femelles. Il était donc logique que l’homme ait une femme et la femme un homme.
Mais, la création de la femme nous est montrée comme une création à part..... Une créature à part...

On y découvre également la naissance du pécher puni par la découverte de la « nudité » (traduction erronée pour…) c'est-à-dire du dénuement. C’est la femme qui induira le pécher...

Il s’agit en l’occurrence, du pécher de désobéissance à Dieu... Rien de plus... Mais, radical... Dans cet épisode, l’homme, déjà, se laisse mener par le bout du nez et partage le pécher pour éviter une scène de ménage…lol….

D’où une certaine interprétation qui temps à assimiler la nudité à l’œuvre satanique.
Non : elle est la réponse de Dieu qui affirme ainsi, que, sans Lui, l’homme est démuni de tout. Il faut prendre tout cela au niveau symbolique et ne pas en tirer les conclusions machistes habituelles...

En fait, Dieu a établi des règles, le malin s’attaque à la femme plus fragile et plus naïve,... moins tordue : elle n’a pas conscience que sa désobéissance est si grave que cela....

La femme doit, donc, être préservée pour ne pas être victime du pécher ...

Dans toute l’histoire des religions, la femme est, ainsi, jugée impure et rejetée, contrainte à servir comme punie de la colère de Dieu. Chez les musulmans, elle, aujourd’hui encore, voilée, cachée, soumise et servante....

Il faut se rappeler que l’écriture est apparue 4.000 ans avant notre ère et était gravée ou scarifiée. Dans ce cas, impossible de transporter des écritures, volumineuses de surcroit, et c’est, donc, une tradition orale qui a véhiculé l’histoire du peuple saint à travers les âges.
Il va sans dire que la transmission a été plus ou moins romancée par les narrateurs, cherchant à marquer les esprits et transmettre quelque chose de fort aux générations suivantes. De même, certains ont pu être tentés de « détourner » quelques passages pour potentialiser leur aura à des fins plus ou moins avouables, intéressées et égoïstes.

Bref, la Bible est plus un roman d’aventure historique qu’un livre d’histoire fiable. De plus, lors de la transcription des ces « légendes », plusieurs langues ou dialectes se sont côtoyés pour donner lieu, de nos jours, à des centaines de traductions, chacun choisissant les termes en fonction de sa compréhension ou de ses intentions.

Alors, que faut-il en retenir ?
- Que c’est tout ce que nous avons sur l’histoire du Peuple ;
- Que les éléments importants et charnières, évoqués de différentes sources, conservent leur substance authentique : la tradition orale « tourne » autour de cet essentiel et les déformations ne sont, généralement, que périphériques ;
- Que l’essentiel de nos enseignements ont retenu le positif, l’incontournable, ce sur quoi le doute n’est pas permis.

Il n’en reste pas moins que, pour certains passages, dans certains livres, ce n’est pas toujours joli-joli… Les prophètes se sont succédé pour « corriger » les dérives et/ou annoncer des changements concernant le "Peuple", les tournants de son histoire.

L’un des plus marquant fut Moïse qui, non seulement, fit sortir le Peuple d’Égypte, mais recueillit les Dix Commandements de la main même de Dieu (si tant est qu’il ait une main)…
Toutes les interventions postérieures ont eu pour but de recentrer ces Commandements dans le modus-vivendi du Peuple. Dans les siècles avant notre ère, les prophètes se sont multipliés, jusqu’à Jean le Baptiste, annonçant l’arrivée de Jésus.

Il y eu Jésus.

Puis, plus rien. Même si nos frères musulmans considèrent que Jésus n’est qu’un prophète comme Mahomet venu ensuite.

Mais, plus rien.

Est-ce à dire que Dieu n’a plus rien à dire ? Qu’il a jeté l’éponge ? Que Dieu est mort ? Ou qu’il a tout dit et que c’est à nous d’en faire bon usage.

Pierre, à la « demande » de Jésus, a fondé notre Église aux premiers jours. Les apôtres et évangélistes ont écrit, parlé et, là encore, il y a eu pléthore de récits, de traductions, de transmissions.

Même au sein de cette Église, les « dignitaires » ont joué des Écritures pour assoir leur influence et leur puissance. Il suffit de reprendre l’histoire des différents conciles pour mesurer la couardise de certains et la manipulation des textes à leur convenance et avantages.
Des luttes internes de suprématie ont, souvent, guidé les encycliques de ces instances. De nos jours, l’Église Catholique « gère » sa position morale à travers le monde, mais ne décide plus des comportements de chacun.

Cette Église a usé, abusé des menaces, des peurs, des faits de guerre, des trahisons pour dominer et s’enrichir.

Si Marx disait, vers 1840, que la religion était « l’opium du peuple », il n’avait pas totalement tord : "La misère religieuse est tout à la fois l’expression de la misère réelle et la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablée, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'un état de choses où il n'est point d'esprit. Elle est l’opium du peuple."

Aujourd’hui, où en sommes-nous ?

- Le judaïsme en est resté à la Bible appelée « Ancien testament »
- Le christianisme en est resté à Jésus et le « Nouveau Testament » : n’oublions pas que Jésus et ses parents, sa famille, ses amis, ses apôtres.. étaient Juifs.
- L’islam a ajouté un nouveau prophète, postérieur à Jésus, Mahomet avec le Coran, ou « Troisième ou Ultime Testament ».
Là, encore, Mahomet est né Juif, comme tous les siens à l’époque..

Testament, n’est-ce pas ce que l’on écrit quand on va mourir ? Quelle drôle d’idée d’avoir appelé cela ainsi.

En fait, voilà l’exemple d’une traduction erronée.
Il faut lire « Témoignage » (Du latin testamentum : devant être attesté).

Nos religions monothéistes sont, en fait, toutes issues du « Livre » (« Ahl al-Kitab(1) », la Bible) et ces tensions, ces rivalités, ces haines ne sont pas logiques car nos dogmes devraient servir à nous rapprocher de notre Dieu en nous rapprochant nous-mêmes, et non en nous combattant ou nous dénigrant.

Sommes-nous tous certains, dans notre croyance, que Dieu, Allah, Jéhovah, YHWA, Élohim,…. veut le bonheur de l’Homme ou, pour certain, ce n’est qu’un gros mégalo qui ne pense qu’à sa gloire et à sa toute puissance ?
J’ai opté pour la première hypothèse. D’autres non, ceux qui sont à son service dans une perspective de destruction intransigeante des « incroyants infidèles», qui croient pourtant, mais autrement.
Quel que soit notre chemin, c’est à une seule et même famille que nous appartenons.

Le Projet messianique
:
Dans l’ancien testament, on découvre un Dieu (Yahvé), qui n’arrête pas de sauver l’Homme et de lui remonter les bretelles.
L’Homme vit en société qui a ses règles de plus en plus éloignées de celles de Dieu.
Et pourtant, Dieu insiste, il a son projet pour l’Homme... Il envoie des signes, des prophètes... mais, l’Homme forme ses prêtres qui sont au service de la puissance des 12 tribus et qui utilise l’alibi divin pour édicter leurs règles (tient, comme aujourd’hui, quelque part).
Dans plusieurs des Livres de l’ancien testament, les prophètes Élie, Jérémy, entre autres, annoncent qu’un jour un envoyé de Dieu viendra pour remettre les pendules à l’heure.
En attendant, Yahvé s’impatiente, tempête, enrage de voir comment se conduit son peuple qui ne comprends toujours rien et vit sa vie en conservant un semblant rituel qui lui donne bonne conscience...

A l’origine, le peuple de Dieu était Juif, Jésus est né Juif, Mahomet est né Juif. Ces trois religions sont appelées pour cela, les « TROIS RELIGIONS DU LIVRE ». Les textes originels de l’Islam recommandent la mansuétude pour les peuples du Livre et autorise les mariages entre familles du Livre (Mais, si !)

Alors, oui "Allah ouakbar" pour nous aussi.

Romancé :

Lassé des célèbres colères de son Père, Jésus lui dit :
ça ne sert à rien que tu t’énerves.... Je vais descendre et je vais leur montrer qu’ils gâchent la marchandise, qu’ils ont tout et qu’ils ont en eux les moyens de vivre heureux....
Après quelques hésitations, le Père dit à son fils :
« Pas possible, tu es invisible, tu es une âme. Comment faire... ? »

Puis, il réfléchit, appelle son fils par l’interphone divin et lui dit :
« J’ai bien réfléchi, il faut que tu deviennes un Homme. Comme cela, tu pourras t’intégrer et les instruire de l’intérieur »...
Stupéfaction de Jésus...
« Oui, tu commenceras au bas de l’échelle comme enfant, et je t’ai même trouvé une mère qui sera parfaite : elle va se marier, n’a pas encore d’enfant(2), son futur mari est très aimant et artisan, et cela n’étonnera personne pour que tu puisses te fondre parmi les vivants. »

Puis il tonitrue « Gabriel ! Dans mon bureau ! J’ai une mission pour toi...! ».

La suite, nous la connaissons....

Et vint le Messie (du latin, l’ « Envoyé », celui qui est en Mission)


Notes
(1) : expression Coranique
(2) De Virgo, grec : N’ayant jamais donné la vie. Vierge : le sens ancien du terme est différent du sens moderne. Une femme était considérée comme vierge si elle n’avait pas porté d’enfant. En ce qui concerne Joseph et Marie, ils étaient jeunes mariés et la fameuse question de la virginité de Marie qui divise Catholiques et Orthodoxes est en fait un prétexte à scission car cela ne change absolument rien à l’origine divine de Jésus et la qualité maternelle de Marie. Les Evangiles parlent même des frères de Jésus.... Il faut donc prendre l’appellation Sainte Vierge dans son sens ancien pour comprendre l’Histoire Sainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefoi.forumactif.com
 
Un rappel de l'Histoire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Djin amoureux: mon histoire
» Histoire : la Préhistoire (semaine 1)
» CRPE 2010 : programme d'histoire-géo
» Des soucis en HISTOIRE-GEO-INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE ??? c'est ici !
» mémo sujets histoire geo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chrétien, il était une Foi :: Historique-
Sauter vers: